L'huis dupin 58140 Gâcogne 03 86 22 70 97

La Ferme de l'Huis Dupin

Manifeste pour une agriculture paysanne et familiale

Le ministère de l’agriculture aime à communiquer que l’avenir de l’agriculture passe par l’agroécologie !

 

C’est facile de faire ce genre de déclaration quand on sait qu’il n’y a pas de cahier des charges de l’agroécologie pour en fixer les limites et contraintes comme c’est le cas pour l’agriculture biologique.

Et comment ce concept d’agroécologie peut il s’appliquer et se développer si :

  • d’une part, il n’est pas défini, précisé etc.

  • dans le même temps on continue d’imposer systématiquement des normes industrielles toujours en plus grand nombre, assorties de contrôles pénalisant pour toute structure agricole, même les plus embryonnaires, sans discernement.

Il est évident que des normes de traçabilité , tel le puçage électronique peuvent se justifier dans un fonctionnement industriel et à grande échelle, au nom d’une certaine « transparence » . Elles n’ont aucun sens  et sont même absurdes lorsqu’il s’agit de petites structures qui pratiquent, elles, depuis toujours ce qui pourrait être une définition de l’agroécologie. À savoir circuits courts à tous les niveaux, fonctionnement au plus près des besoins locaux, soucieux d’emplois, bio, reproductible, avec l’objectif constant de respecter l’environnement à tous les stades.

Il faut donc inventer, réinventer une autre échelle de normes pour sauver l’agriculture « artisanale » et ses énormes potentialités (emplois, services…) avec des mesures telles que :

  • revenir à une identification simplifiée des animaux (tatouage, bouclage simplifié)

  • cibler une obligation de résultat plutôt que des contraintes coûteuses pour des petits ateliers de transformation. Celles ci entraînent des investissement qui découragent et empêchent d’éventuels repreneurs.

  • Laisser le choix des pratiques médicales variées pour soigner plantes et animaux (obligation de résultat encore…)

  • simplifier les normes en matière d’accueil (hygiène et sécurité)

  • laisser la liberté d’utilisation de reproduction  des variétés anciennes , animales ou végétales.

Il ne s’agit pas d’obtenir des droits mais de conserver ou de reconquérir des libertés.

1 Commentaire

  1. Léo et Sophie

    Hello les amis, continuez comme cela, c’est l’agriculture que l’on aime et que l’on souhaiterait pour chacune de nos productions françaises…..Vœux ++++ pour l’année 2016

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>